Cinéma/Critiques/Spectacle

Les Indes Galantes par Clément Cogitore : la rage sensible

À tambours battants, cœurs qui respirent. La caméra est fluide, elle est là, au cœur de l’action ; comme un spectateur de la foule qui tente d’apercevoir le spectacle, par-dessus une épaule, entre deux corps énergiques qui s’agitent. Les percussions se font violentes, le sang bat fort dans les tempes. Crispés par l’effort, les visages impriment … Lire la suite

Articles/Cinéma/Cinéma/Critiques

László Nemes, Le Fils de Saül, 2015

  Le Mourant Le protagoniste Saul appartient à un Sonderkommando, une unité spéciale de déportés dont la spécialisation consiste, entre autres, à pousser les Juifs dans les chambres à gaz : Saul est un Juif qui tue des Juifs. Choisis pour leur robustesse, les membres d’un  Sonderkommando vivent à part et sont exécutés dès qu’ils … Lire la suite

Articles/Cinéma/Cinéma/Critiques/Genre

HOMMAGE A CHANTAL AKERMAN 1/2 – Du profane dans le sacré : Jeanne Dielman, 23 quai du commerce, 1080 Bruxelles, Chantal Akerman, 1973

Comment analyser la situation des femmes ? Quelle est leur position concrète dans la société capitaliste contemporaine ? Dans quel domaine universel ou général se définit leur oppression ? Il est clair que la famille et la psychologie de la « féminité » en sont les éléments de réponse essentiels. Quelque inférieure que soit la … Lire la suite

Cinéma/Critiques

Beirut Intersections, Lara Saba (2015)

Beirut intersections : Beyrouth, déroutes. Médecin dans un hôpital de Beyrouth, Karim est un personnage que l’on ne remarque pas d’emblée. S’il entendait sauver des vies en s’engageant dans cette voie, recoller les morceaux, panser les plaies, le jeune homme s’est visiblement trompé de porte, car force est de constater que chacune de ses apparitions de … Lire la suite

Cinéma/Critiques

Elementarz, Wojciech Wiszniewski (1976)

Des lettres claires-obscures pour l’Histoire Le sujet d’une toile hollandaise du XVIIe siècle, la part sombre de la réalité sous l’éclairage de la vie quotidienne. C’est l’image qui frappe dès les premiers plans d’Elementarz de Wociech Wiszniewski, qui joue sur la lumière et les contrastes avec le brio d’un Hals ou d’un Rembrandt. Pour exposer … Lire la suite

Cinéma

L’Évaporation de l’homme, Imamura Shohei (1967)

L’évaporation du réel «Le cinéma, c’est la vérité vingt-quatre fois par seconde». La proclamation de Michel Subor dans Le Petit soldat de Godard est toute entière mise à l’épreuve par Imamura Shohei, qui tente avec L’Évaporation de l’homme de réaliser  un documentaire aux allures de cinéma-vérité. Le film s’ouvre sur la figure d’un agent de … Lire la suite