Création/Littérature/Poésie

Jacques Bonnefon, Paris, la Seine

Paris, la Seine.
Quand Paris vif argent,
Le bras mort de la Seine.
Les néons à foison.
Les lumières de la ville,
Incendiaires.
Paris illuminé, tellement, trop,
Qu’on se prend à regretter
La pâle lueur
Des réverbères d’antan !
La Seine qui s’endort, mollement,
Qui perd de son allant.
A se demander même
Si elle coule encore !
Et pour qui roule-t-elle ?
Qui la ferait sa dame, qui se prendrait à chanter
Et son remugle, et le miroir opaque de ses eaux ?
Paris, la Seine.
Quand Paris vif argent,
Le bras mort de la Seine.
Paris, la Seine.
L’étourdissement pour l’un,
La mort déjà pour l’autre.

Jacques Bonnefon

Publicités

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s