Création/Littérature/Poésie

Maria Zaki & Jacques Herman, Descendre lentement

Descendre lentement
L’un après l’autre et prudemment
Les barreaux de l’échelle
Du temps révolu 

Retrouver le sourire
De ceux que nous aimions
Et qui nous ont aimés
Alors que
Nous n’y croyions plus

Fredonner une chanson
Le long du chemin
Qui mène à la maison
Où nous sommes nés

Regarder passer le train
Comme un point
Mouvant
Dans la lumière
Du soleil couchant

Reprendre la main
Géante du grand-père
Et marcher avec lui
Dans la forêt voisine
En longeant la rivière

Retrouver des pensées
Des émois
Des voix familières
Des sons et des couleurs

Se laisser envahir
Par les bonnes odeurs
De la vieille cuisine

Par l’image apaisante
De la grand-mère
Riant avec la voisine

Réapprendre à nager
La peur au ventre
Dans la mer en été

Et remonter à vélo
Les genoux égratignés
De nos chutes répétées

Maria Zaki en caractères droits
et ceux de Jacques Herman en caractères italiques.

Extrait de Risées de sable (éd. L’Harmattan, 2015)

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s