Bernard B, Pauses surréalistes/Création/Feuilletons/Littérature/Prose

Bernard B, Pause surréaliste (Saison 2, 1)

sept minutes après s’être enfuie de l’île du diable la coccinelle mutine conservant sous ses élytres divins son pense-bête à bon dieu ou à bonne déesse survole la baie des anges déchus puis se pose en hélicoptère sur le toit végétalisé de la tour de Babel comme le jour d’après l’effondrement du bloc-notes de musique de requiem car la coccinelle experte en collapsologie l’a prédit et redit devant son auditoire tout ouïe qui est prêt à boire les paroles du coléoptère mais brûle aussi d’impatience de s’enivrer du nectar divin rouge ou blanc qui est servi après la conférence au sommet de la tour infernale puis soudainement les convives immortels emportés par la vague à l’âme aiguisée pour couper à travers les champs du possible plongent dans une rivière débordant de lucidité et de cadavres exquis qui glissent sur les neiges éternelles du Kilimandjaro et finissent par fondre dans le livre de sable dont le nombre de pages infini n’en finit pas d’intriguer le cercle des poètes disparus puis réapparus lors de la Fête nautique d’un Prévert poursuivant son activité de collage au grand dam des bien-pensants de tout poil à langue de bois

Bernard B.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s