Création/Littérature/Poésie

Arthur Simsa, 25 décembre

Dans le bouillon de onze heures de Tomi Ungerer,
il y a sept courges et trois Pères Noël.

Mon oncle aiguise le couteau pour découper
la poularde, Gelée des Amoureux.

Dans la tempête lumineuse de cristaux de glaces,
un svelte cerf vert sarcelle
se retourne.

Nigiri sushi, lamelles de gingembre et wasabi ;
Œdème cérébral, métastases pulmonaires et cancer généralisé. 

Sur la grisaille et sous mes yeux se dessinent des croix à l’envers,
un chat noir porte-bonheur.

Et toi si sereine, l’émeraude aux oreilles,
un doigt de porto dans les piaillements des diamants…

Nous dessinions avec des fougères dans la rue des Fourchettes,
dans l’espoir d’une balançoire.

Arthur Simsa

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s