Création/Littérature/Poésie

Mélanie Romain, Le Regard ivre

Comme nos yeux nous trahissent
Dans ce vent de sable lisse

Notre visage étourdi par la routine
Et vide d’avoir trop vu.

Maintenant qu’il demande le vrai
Hôte antique, il refuse le réel qui fond ses rêves.

Comme nos yeux trahissent nos pensées
Telle une lente jetée d’ancre noire.

Comme tu coules à vouloir trop savoir
Comme tu déverses tout ce que l’on t’a jeté.

Mélanie Romain

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s