Création/Littérature/Poésie

Alix Enriquez, Conte de fée

J’ai ramassé quelques cailloux blancs
qui ressemblaient aux galets d’Etretat
blancs comme neige,
œufs de nacre et de lumière
brûlés au soleil de septembre.

Galets qui pavaient le chemin
de mon insouciance,
ma lente route semée
de roses encore ouvertes
et d’écorces de lune
tombées la veille au soir,

lorsque je me promenais encore
le long de la mer qui me susurrait
des mots doux,
des comptines d’enfance,
dérisoires chansons du passé.

Naïves ritournelles
qui me faisaient croire
que la vie était un soleil,
une lune de miel
perpétuellement recommencée,
un conte de fée éclairé par l’orbe
de la lune à peine esquissée.

Entre mes mains, désormais,
un grimoire de cuir roux me raconte
de belles histoires à dormir debout,
des contes de fée gravés
sur le sable mouvant
que je lis, que je relis sans cesse
pour me consoler.

Alix Enriquez

http://alixlermanenriquez.eklablog.com/

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s