Remembrances, Ahmed Slama

Ahmed Slama, L’après-repas

… lapant mon ragoût tiédi par l’attente [3], je portais un regard perplexe aux écuelles vidées, seul un nuage de bouillon se délayait encore au fond, comment pouvaient-ils l’engloutir ce repas ? les week-ends, une voix, trottant depuis le séjour, elle me demandait si j’avais fini ; oui, viens ! on regarde un film, c’est marrant ; couloir où je croisais ma sœur qui esquissait le chemin contraire…

… je m’asseyais, percevait le bruissement lointain, vaisselle qu’on lave, ça se mêlait aux dialogues télévisuels. Rires. Spectateurs du séjour…

… intermittence, je me levais, toilettes, atterrissant immanquablement, cuisine ; conversations animées avec celle qui lave, toujours cette voix (t’es en train de rater les meilleurs passages) j’y obéissais, par-devers-moi, pour que, quelques instants plus tard, je regagne la cuisine…

… le temps qu’elle finisse ; qu’elle nous rejoigne, séjour, et que moi, je m’éclipse quêter un sommeil précaire…

 

Ahmed Slama, extrait de « Remembrances » aux éditions Hypallage

https://www.hypallage.fr/slama_hypallage.html

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s