Création/Littérature/Poésie

Marie du Crest, Laura Palmer

            American Ophelia
Ton jeune corps drapé de blanc
Flotte à la surface du grand lac sombre.

Petite reine de high school
Princesse des forêts
Jeune fille au bois dormant
Nymphomane des secrets
Cocaïnomane poétique

je contemple tes yeux clos et silencieux
Tes fines lèvres bleutées
Tes cheveux de Gorgone

Laura Palmer
décapitée, dans le grand linceul  ouvert de
son assassin
comme un voile de mariée sur la berge du grand lac sombre.

Tu me dis :
Je suis morte mais je vis.

 

Marie du Crest

Publicités

Une réflexion sur “Marie du Crest, Laura Palmer

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s