Création/Littérature/Prose

Georges Thiéry, Pensée

La nuit, dernière perfection sur les lèvres livides de l’amertume niée, au dernier paraître toujours je montre trop de résilience, que faire quand tout confine à l’ordure, ma joie est au cœur un dernier discours sur la vie inquiète puis le jour ouvre sa lumière éteint mes peines le cycle est long qu’y puis-je, tenir le long sans faire attention aux semblables qui ferment leurs cachots, à l’image de ma démesure, rien n’est si sûr.

Georges Thiéry

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s