De l'humain pour les migrants/Dossiers thématiques

Mathilde Collonges, Quand le navire chavire les flots

Quand le navire chavire les flots
Quand les passagers regardent l’eau
Le bonheur leur paraît si beau
Loin, sur cet îlot
Ils trouveront refuge
Bercés par les illusions
Ils trouveront la liberté
Sans trop de confusion.
Mais un pays n’est jamais bienveillant
Tout est hostile aux migrants
L’espoir est dépendant
De l’idéologie des puissants

Mathilde Collonges

Ce texte est issu du recueil en cours de construction, de l’humain pour les migrants, initié par Jean Leznod. Pour plus d’informations, cliquez sur ce lien où vous trouverez l’appel à diffusion et participation.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s