De l'humain pour les migrants/Dossiers thématiques

Jean-François Declercq, De l’humain pour les migrants

Mémorable est la distance
qui nous relie à la pensée
du sol
À cette boue verticale qui me
remplit les bottes
— — —
Poème abrupte de la moisissure
des feuilles et des parures
– Ravage –
Passage du temps qui stagne dans
ses flaques
— — — –
La misère n’a pas de roue de
secours
Ce gisant glissant dans l’aube
molle

Jean-François Declercq

Ce texte est issu du recueil en cours de construction, de l’humain pour les migrants, initié par Jean Leznod. Pour plus d’informations, cliquez sur ce lien où vous trouverez l’appel à diffusion et participation.

Publicités

Une réflexion sur “Jean-François Declercq, De l’humain pour les migrants

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s