Création/Littérature/Poésie

Lise de Courdes, Le vieux n’a aucune pudeur

Le vieux n’a plus aucune pudeur.
Il marche nu.
Il dit sans retenue
Aimer les petits baisers,
Des gâteries les douceurs
Et donner vent à son cul.
Les autres se demandent s’ils existent à ses yeux,
S’il les aime par transparence
Encore un peu dans les convenances.
Quand il dessine des paysages
Sur les courbes de leur corps
En pensant autant à beaucoup d’autres choses
Que plus rien n’a d’importance.
Isolé dans la profondeur de son champ,
Il sait en silence
Jusques aux maux que les autres ignorent
Qu’il a l’immense privilège de l’âge
D’avoir tous les âges
Et de ne plus en avoir.

Lise de Courdes

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s