Création/Littérature/Prose

Patrick Boutin, Arrête ton cinéma

Ce soir-là, le public de la salle comble du Grand Rex était debout pour ovationner Omar Sy qui s’était déplacé pour la première du futur succès de l’année au box office, comme les journaux spécialisés en faisaient la prédiction. Il s’agissait d’un biopic réalisé par Spike Lee, entièrement tourné en motion capture et en 3D, narrant les péripéties du facétieux tirailleur sénégalais, emblème d’une marque de boisson chocolatée fameuse. Il répondit au micro de l’intervieweur, devant les spectateurs ébahis par tant d’audace, en lançant le célèbre leitmotiv du film — une réplique déjà culte qui ferait date —, un « Y’a bon ! » tonitruant, avec l’accent parfait du personnage de Doudou du « SAV ». Sa performance d’acteur était inouïe, on le voyait déjà « oscarisable », l’égal d’un Al Pacino, le nouveau roi de l’Actors Studio. Le film sponsorisé par le MRAP allait sans aucun doute être un carton, la BO de Stromae, en hommage au Congo belge, déjà propulsée en tête des téléchargements sur iTunes. La star d’« Intouchables » avait d’ores et déjà accepté le rôle-titre du prochain film d’Antoine de Caunes, « Léopold Sédar Senghor, l’histoire d’un mec ».

 

Non loin de là, dans un petit cinéma de quartier, on pouvait découvrir un film plus intimiste, faisant moins d’entrées, un drame social « à la française » tourné avec son complice de jadis, Fred Testot, qui dans cette fiction sordide située dans la banlieue lyonnaise jouait le rôle de l’époux d’une Mathilda May dépressive. Le couple était au bord de la rupture : le mari trompant son ennui dans l’alcool, on suivait l’errance de cet homme dans la ville, filmé par des caméras de vidéosurveillance, harcelé par le fisc et par sa belle-mère acariâtre, interprétée par la toujours excellente Josiane Balasko, un rôle de composition pour la comédienne des « Bronzés ».

 

On venait en outre d’apprendre, pour la joie de tous les cinéphiles, que le cadavre d’Orson Welles, miraculeusement bien conservé, avait été ramené à la vie grâce à l’injection de solvants issus de la fonte des bobines de tous les films de Luc Besson. Désormais sur pied, il avait pour projet de mettre un terme à son « Don Quichotte », offrant ainsi à Jean Rochefort le premier rôle qui lui avait échappé dans le remake de Terry Gilliam, accompagné d’un Sancho Pança plus vrai que nature, auquel Gérard Depardieu, bedonnant et au mieux de sa forme, prêterait ses traits, alors que pour Rossinante les studios Disney travaillaient déjà sur l’élaboration d’une animatronique cachectique. Dans le but de remplacer, à la manière de la séquence de fin du « Procès », les moulins à vent par un champignon atomique, la production prévoyait de larguer une bombe H directement sur la centrale nucléaire de Fukushima, redonnant ainsi vie, grâce aux radiations, à Godzilla lui-même, tapi dans les abysses, dont la résurrection permettrait également le tournage d’un reboot basé sur un scénario de Maurice G. Dantec, évoquant l’avènement de la Bête de l’Apocalypse. Dans le cas où les autorités japonaises n’autoriseraient pas le largage des ogives, il se murmurait que Josiane Balasko avait été approchée afin d’incarner la créature surgie des ressacs de l’océan. En hommage à la Nouvelle Vague, le film serait réalisé par JLG entièrement avec une caméra GoPro, le génial réalisateur ayant de plus décidé de remplacer toute la population japonaise par des trisomiques clonés sur une Anna Karina vieillissante, avec Pascal Duquenne en tête d’affiche, les fentes obliques de leurs paupières imitant à merveille les yeux bridés… Le blockbuster s’achèverait enfin sur un fondu au noir de Jean-Paul Belmondo, lâchant sa réplique si prémonitoire : « Allez vous faire foutre ! ».

Olivier Texier, Arrête ton cinéma

 

Patrick Boutin

illustration : Olivier Texier

http://otexier.blogspot.com/

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s