Bernard B, Pauses surréalistes

Bernard B., Pause surréaliste 12

une mante religieuse vêtue de son habit vert perroquet se repaît de ses songes prophétiques dans l’ascenseur spatial qui poursuit en douceur sa descente énergétique vers l’anthropocène de théâtre de boulevard planté d’arbres artificiels vendus en kit à la foire d’empoigne par un homo sapiens marchand d’illusions d’optique qui déforment la réalité perçue par les autochtones noctambules d’une ville en transition réduite en poudre par l’explosion de rires jaunes d’un puissant manipulateur de boulier chinois qui coûte que coûte joue à la roulette russe avec les dieux qui rêvent de danser avec le diable au corps dont le poids est proportionnel à la masse des particules élémentaires qui deviennent des électrons libres de toutes les conventions de Genève promue capitale de la fête de l’amour mais pas la guerre sainte nitouche parfois au but quand les ailes du désir de la mante religieuse brûlent à vouloir pénétrer l’antre trop obscène habité par des anges déchus pour avoir hier adoré la sacro-sainte croissance et banni les herbes folles du champ des possibles laissé aujourd’hui en jachère par un homo sapiens devenu adepte de la résilience

 

 Bernard B.

 

 

 

 

 

 

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s