Critiques/Théâtre

Deux garçons, la mer – adaptation Christophe Garro

Deux garçons, la mer, au théâtre des Déchargeurs

Deux garçons, la mer au théâtre des Déchargeurs jusqu'au 10 octobre 2015

Deux garçons, la mer au théâtre des Déchargeurs jusqu’au 10 octobre 2015

Le premier, Doyler, un garçon brusque, toujours mal fagoté, à la verve populaire, travaille pour nourrir sa famille. Face à lui, c’est Jim, le discret, le timide, qui se destine à la prêtrise. Le roman de Jamie O’Neill, Deux garçons, la mer (At swim, two boys, 2001) parle avant tout de cette amitié, de la découverte de l’autre, chez deux adolescents. Ils se retrouvent tous les jours sur la plage du Forty Foot pour nager ensembles. Ce sentiment qui les lie évolue, sous les yeux amusés d’Anthony Mac Murrough, leur aîné, forte réminiscence de la figure d’Oscar Wilde : après deux ans de travaux forcés, le voilà de retour en Irlande, où il se terre et vit dans le souvenir de son amant.

Dublin, 1915. Autour de cette constellation de personnages, l’Irlande bouillonne, en attendant le soulèvement de Pâques 1916. Doyler pense à s’engager, les familles aristocratiques de la petite banlieue de Glasthule militent pour l’Indépendance de l’Irlande, on revendique des symboles nationaux, le gaélique, la main rouge de l’Armée des Citoyens.

La langue de Jamie O’Neill laisse une grande part aux monologues intérieurs et aux rêveries des personnages, à leurs espoirs, leurs déceptions. L’humour mordant dont il fait preuve dans leurs réflexions prend une vie nouvelle dans l’adaptation de Christophe Garro pour la scène du Théâtre des Déchargeurs. En effet, c’est par un travail minutieux de sélection des dialogues qu’il a réussi à faire prendre vie aux personnages et reste fidèle au texte de l’écrivain irlandais. Le décor minimaliste permet en effet de se concentrer sur la seule magie des répliques qui caractérisent chacun des personnages : franc parler de Doyler, élégance aristocratique d’Eveline MacMurrough, retenue innocente de Jim.

Le spectateur se retrouve d’entrée de jeu impliqué dans l’action qui se déroule sous ses yeux : la proximité avec la scène brise le mur. L’entrée en musique montre des acteurs qui jouent avec l’espace et plantent les caractères. Et le jeu des acteurs interprétant Doyler et Jim montre, avec délicatesse, le rapprochement de ces deux êtres, pour une réflexion décomplexée sur l’homosexualité.

 

Deux garçons, la mer. Adaptation et mise en scène, Christophe Garro. D’après le roman de Jamie O’Neill. Du 15 septembre au 10 octobres, 21h30, du mardi au samedi, Théâtre des Déchargeurs, à Paris.

 

Eléonore Genest

Publicités

Une réflexion sur “Deux garçons, la mer – adaptation Christophe Garro

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s