Littérature/Prose

Feuille, Jean Leznod

Feuille blanche, désespérante feuille blanche, et pourtant, même s’il sait qu’il est bien trop tard, la nécessité d’écrire, même à une morte, est vive et le tiraille sans relâche. Il a besoin de lui parler, au moins une dernière fois. Mais comment lui écrire, et par où commencer ? Le premier mot arrive sous forme d’une larme, qui descend le long de sa joue, puis vient une deuxième, et ainsi de suite. Elles empruntent le même chemin, formant un lit pour ses pensées, amères et nostalgiques, qui s’échappent enfin. Il était temps. Puis le torrent s’assèche et les mots se répandent sans s’arrêter sur la feuille blanche jusqu’à ce qu’il n’y ait plus de place ou presque, d’une écriture passionnée, une dernière chance pour lui dire à quel point il l’aimait.

Jean Leznod

http://www.magiedumot.com

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s