Littérature/Poésie

Benedict Liocourt, L’infini

L’infini est mon Dieu, l’infini est mon maître
Qui m’envoya sur Terre pour n’être que poète ;
Mon corps est fait de lierre, mon esprit d’Amourette,
Quand je ferme les yeux, c’est pour mieux me soumettre.

L’infini est ma guerre, l’infini est ma quête :
En son temps en son lieu, il me faudra renaître.
Car le don si précieux que m’offre le Verbe : être
La main qui trace ces vers, fait de moi son prophète.

L’infini est mon toit, l’infini est mon hôte :
En son nid, va-et-vient, pour toujours vagabond ;
À aucune de ses lois je ne ferai de faute.

L’infini est Malin, l’infini est démon :
C’est en mon cœur qu’il bat, à l’étroit sous les côtes ;
Je suis née en son sein, je mourrai en son nom.

Benedict Liocourt

https://www.facebook.com/B%C3%A9n%C3%A9dicte-Liocourt-1649149138637906/?fref=ts

Publicités

Une réflexion sur “Benedict Liocourt, L’infini

  1. Pingback: Bénédicte Liocourt au Livre sur la Place : XXII: naître plume | Infusion

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s