Poésie

Fabrice Magniez, Formes

projet mouvement temps

attente du mouvement vers vie sociale
quand café en terrasse le matin, encore nuit pour aube,
quand chaleur par onde et points
quand rayons accourent incessamment discontinus

pour présentation dévoyée de soi aujourd’hui
comme tous jours
je
signifiant dégradé pour l’autre
tous autres
quand café bu, attendre l’heure

projet mouvement mouvement projet
encore
soi n’est pas objet
mais
corps action en puissance
dans une attente urgente.

peur raison ? Corps tremble en froid

mouvement temps projet

corps système gelé
pour tous jours pour tous autres
aujourd’hui assis et demain
situé immobile comme placé-là pour soi

illusion

ça arrive par-devers
fait pression blesse et déchire
enjoint prend en main en pied
harponne et étrangle

temps projet mouvement

 

 

forme.progrès.

 

chose                     sujet                                perception

étant                      moi                                 percept

objet                      où/quand                          percept (ressort)

matière                   conscience (fait)                  interprétation

mot                       logique/outil                      expression

durée/lieu                sujet                                mouvement perçu

 

sédiment                 copule                              définition (synthèse)

 

trace                      abstraction                        tracé

 

trace                      tracé                                        abstraction                   définition (synthèse)

 

 

forme.rien.

rien.
puits étourdi
au plus profond, la correction de l’étant-vu entreprise.

rien.
accorde les drames fleuris de la perte.
et l’absence de relation fait vaciller ta capacité au délire.

rien. sans majuscule.
anoblit le fond du voile – pour une futilité.

rien dépouille même sa propre passivité.
rien dépareille les politiques réactionnaires.

rien.
est le lieu commun.

rien.
sans volonté des corps à se chamailler à l’aube de leur destruction
rien
juge l’intention et punit le fait.

rien.
au moins cela.
défie cette pourriture d’heure.
absterge nos plis tristes.

[un rien.
ensoleillé.
je reçois l’eau bénie, tes larmes.
ta joie incante éternelle
amères
nos matières responsables
fuient la douce rondeur des jours.]

rien.
du reste
survient à la conscience
oublieuse de la présence de rien
pour ce que
la foule victorieuse
abhorre
a priori,
furieuse l’objet de sa peur.

rien.
signifie rien qui vaille.

la répétition terrorise le sens de l’identité
et ordonne elle-même l’idée que la chose (l’Autre,
recueil de toutes les différences spécifiques)
ourdit.

rien encore.
à jamais vainqueur contre attente,
réfléchit la béance propre.

rien. parabole de rien. énigme positive.
mensonge parfait de la négation.

rien.
pacifie.rien.
augure.
rien.
exporte la violence du lendemain.
rien.
concilie.
rien (il paraît qu’on le sait) exploite les cris de l’homme.
rien.
citée avant de naître, l’angoissée domine la chair.

 

rien

ombrage mon horizon avant la chute

 

Fabrice Magniez

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s