Littérature

Fitzgerald le magnifique

Éternelle figure de la littérature des années 1920, Francis Scott Fitzgerald fascine tant pour son écriture élégante, poétique, que pour son destin d’icône tragique.

fitzgerald 1

Depuis maintenant quelques mois, Francis Scott Fitzgerald s’impose dans les rayons de la Pléiade. Reconnu comme l’un des auteurs majeurs de la littérature américaine, il a également incarné un renouveau littéraire. Une nouvelle voix : celle d’une génération sonnée par la première guerre mondiale, libre, exubérante, souvent en quête de repères.

Pour d’autres, Fitzgerald représente une légende. Celle d’un écrivain torturé et talentueux – figure assez récurrente – ayant connu la gloire et l’argent grâce à Gatsby le Magnifique ou encore son premier livre, L’Envers du paradis, mais aussi l’alcool et les dettes, à la fin de sa vie.

Mélancolie de l’écriture

On a souvent décrit le style de Fitzgerald comme « ayant du charme », s’opposant ainsi aux chefs-d’oeuvre d’écriture incontestables tels qu’Hemingway, son ami de l’époque. Mais les romans de Fitzgerald possèdent une mélancolie étonnante. Les descriptions nombreuses et soignées révèlent un souci du détail, une volonté de raconter avec la même importance des récits cruels, violents et des émotions furtives, des images passagères.

« Je me pris à aimer New York, la sensation capiteuse et aventureuse qu’il donne la nuit et la satisfaction que le constant papillonnement d’hommes, de femmes et d’automobiles offre à l’oeil privé de repos. J’aimais remonter la Cinquième Avenue, choisir dans la foule des femmes romanesques, imaginer que dans quelques minutes j’allais m’immiscer dans leur existence, sans que personne le sût ou me désapprouvât. Parfois, en imagination, je les suivais jusque chez elles. Elles habitaient des appartements aux carrefours de rues secrètes. Elles tournaient la tête et me rendaient mes sourires avant de disparaître par une porte, dans l’obscurité chaude. Aux crépuscules enchantés de la métropole, j’éprouvais de temps en temps la hantise de la solitude et je la sentais aussi chez d’autres – pauvres employés qui flânaient devant des vitrines en attendant l’heure de dîner tout seuls au restaurant – jeunes employés gâchant, à la brume, les instants les plus émouvants de la nuit, de la vie. » (extrait de Gatsby le Magnifique)

On trouve énormément de nouvelles chez Fitzgerald. Des réussies comme des moins bonnes. Il en aurait écrit plus de cent-cinquante et pas toujours par plaisir. À l’époque, Scott faisait publier ses nouvelles dans différents magazines. Cela lui assurait un revenu régulier, souvent conséquent et non négligeable, au vu du train de vie dépensier du couple.
Malgré cela, Scott détestait écrire des nouvelles à la chaîne. Cela le détournait de l’écriture de ses romans. Pourtant, selon Philippe Jarowski, professeur à l’Université Paris 7 qui a dirigé l’édition des deux tomes de Fitzgerald de la Pléiade, cela lui aurait servi : « Le chef-d’oeuvre de Gatsby doit beaucoup à la maîtrise de la nouvelle de son auteur. » Gatsby le Magnifique peut d’ailleurs être considéré comme une longue nouvelle.
« Tout se passe comme si, dans la perception commune, l’existence tumultueuse du couple insolemment insouciant puis abîmé par la folie, l’alcoolisme et la dépression, constituait le commentaire explicatif d’une carrière inaccomplie »

Zelda-Scott, couple mythique des années folles

Outre son talent d’écriture, une facette de la vie de l’auteur va particulièrement fasciner : sa relation passionnelle avec Zelda.

Zelda Sayre est une jeune femme issue d’une riche famille du sud des Etats-Unis, exubérante et passionnée.
Ensemble, ils vont incarner le couple des années folles, menant une vie de fêtes, d’alcool. Ils fréquentent les artistes du quartier Montparnasse et dansent toute la nuit au son du jazz. Certains verront en eux, une forme de libération des mœurs.

fitzgerald 2

Zelda peut d’ailleurs faire penser à la figure de la garçonne, volontaire et féministe. Artiste, elle tente une carrière de danseuse, d’écrivain ou encore de peintre, sans toutefois, connaître le succès de son mari.

Mais elle reste souvent associée à sa schizophrénie et à ses nombreux séjours en hôpitaux psychiatriques. Un soir de mars 1948, alors qu’elle est à nouveau internée, un incendie ravage l’établissement. Elle meurt tragiquement.

Ainsi, tous les éléments réunis – la passion, le talent, la folie, l’alcool, le destin tragique – participent à la création du mythe du couple Fitzgerald.

Aujourd’hui, leur destin fascine encore, comme peuvent en témoigner les nombreux ouvrages leur étant consacrés. Parmi eux, on trouve le Prix Goncourt 2007, Alabama Song, roman de Gilles Leroy qui retrace sous forme d’autobiographie fictive, la vie de Zelda Fitzgerald.
Mais cette légende du couple maudit pourrait selon certains, cacher le réel talent d’écriture de Scott. Car même si beaucoup s’accordent sur le fait qu’il n’a pas écrit que des chefs-d’oeuvre, Gatsby le Magnifique ou Tendre est la nuit, restent des « classiques » de la littérature américaine.

Confusion entre réel et fiction

fitzgerald 3

Mais peut-on réellement détacher la fiction de la vie fiévreuse de l’auteur ?
On dit de Fitzgerald qu’il fut l’un des premiers auteurs d’autofiction.

Comme beaucoup d’écrivains contemporains ou non, le réel et la fiction se confondent souvent. Chez Fitzgerald, cela se traduit par la récurrence de certains thèmes ayant marqué sa vie : l’histoire du jeune homme modeste aimant une jeune fille riche (Tendre est la nuit, Gatsby le Magnifique). Cette intrigue rappelle évidemment son histoire personnelle avec Zelda, issue d’une riche famille et qu’il n’a pu épouser qu’après le succès de son premier roman.

Le mépris de classe et plus largement le rapport à l’argent domine également dans son œuvre. Pour Roger Grenier qui a rédigé la préface de La Fêlure, « Si Fitzgerald s’est tellement intéressé aux riches, c’est parce qu’ils constituent une société dans laquelle il se sentait un étranger. Il a sans doute découvert cela au cours de son enfance à Buffalo et à Saint-Paul, villes provinciales où chacun avait conscience de la juste place qui lui était allouée dans la société. En province, les riches et les pauvres constituent des castes morales.(…) L’univers des riches aide Fitzgerald à cultiver, avec un certain masochisme, le sentiment d’exclusion qui a dominé sa vie et son art. »

Pour preuve : dans Tendre est la Nuit, le médecin Dick Diver est marié à Nicole, jeune femme issue d’une riche famille. Mais il sera aussitôt jeté lorsque celle-ci retrouvera la santé.

Dans L‘Envers du Paradis, Rosalind quittera Amory car celui-ci ne gagne que trente-cinq dollars par semaine.

Que dire enfin de ces personnages féminins, comme Nicole au Daisy derrière lesquelles se confondent les traits de Zelda, éternelle passion de Scott. Lui même avouera un jour :

« Parfois je ne sais plus si Zelda et moi nous existons pour de bon ou si nous sommes les personnages de l’un de mes romans »

Marie Campistron

Publicités

Une réflexion sur “Fitzgerald le magnifique

  1. Scott Fitzgerald est comme tu le dis, un auteur qui s’inspire de sa vie (volontairement ou non) dans ses écrits.
    Mystérieux, parfois fou – quand on lit un de ses livres ce n’est pas que le roman, l’écriture que l’on apprécie mais sa vie.
    Comme tu le dis les nouvelles sont plus ou moins réussites : Le cristal brisé est une nouvelle très ingénieuse alors que la sorcière rousse ne m’a laissé guère de souvenirs.
    J’ai commandé sa pièce de théâtre, il me tarde de la lire !
    Quand on commence un livre de Fitzgerald, il faut comprendre aussi l’auteur pour l’apprécier.
    Article très bien écrit, sur l’homme Scott, sur son couple et la notion de Fitzgerald (écrits et vie). Quand on ne connait pas l’auteur, cet article permet d’avoir une première impression des Fitz.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s